Avertir le modérateur

Art en débat

  • Imprimer

    Rôle et place des collectionneurs sur la scène artistique : les temps forts du colloque d'Angers

    Quels sont les principes qui guident l’élaboration des collections comme récits de notre époque ? Retour en images sur les témoignages des artistes invités du colloque "Collectionner" organisé par l'Université d'Angers dédié les 16 et 17 mars 2018. (Photographie Ariane Yadan)

     
     
     
     

    Lire la suite

  • Imprimer

    16 idées reçues sur l'art contemporain

    idees-recues-maison-rouge.jpgL’art contemporain se résume à la provocation et à la violence. Mon fils de 5 ans peut en faire autant. Il est impossible de prédire les artistes qui resteront. … Voici quelques unes des idées reçues auxquelles Isabelle de Maison Rouge, historienne de l’art, répond à travers un petit livre revigorant publié aux Editions Le Cavalier Bleu. 110 pages pour répertorier, dénoncer et décrypter les « prêt-à-penser » du tout un chacun mais aussi du petit monde de l’art d’aujourd’hui. Parmi l’idée reçue la plus tenace, celle selon laquelle l’art serait réservé à une élite. Les 500 000 visiteurs qui se sont pressés en 2010 pour voir la rétrospective Soulages au Centre Pompidou ont-ils le sentiment d'appartenir à une élite ? « C’est en se frottant à l’art contemporain que l’on peut tenter de se forger une opinion », déclare la critique d’art. Isabelle de Maison Rouge s’est notamment fait connaître en 2004 avec « Mythologies personnelles », un livre consacré aux obsessions intimes d’une douzaine d’artistes (expression d’une souffrance, souvenirs d’enfance, recherche d’identité…). Malin et initiatique.

  • Imprimer

    Jean-Luc Plé, artiste des ronds-points et pollueur visuel

    Capture d’écran 2010-03-15 à 23.15.09.pngArrêtez-le ! Jean-Luc Plé, 50 ans, a trouvé le filon : construire des sculptures pour ronds-points. Le fondateur de l’art dit "giratoire" sillonne notamment la Charente-Maritime en bon VRP  de l'ignoble pour vendre aux collectivités locales ce qu'il appelle des œuvres : tonneau géant à Archiac, pommes de pain de 3 mètres de haut à Saint-Georges de Didonne, la main et l’huître à l’Eguille (photo)… Résultat : c'est à lui que l'on doit une grande partie des horreurs qui surgissent à l'entrée des villes, puisqu'il détiendrait 20% du marché. Jean-Luc Plé ne manque pas d’arguments pour vendre aux maires des petites villes ses "créations" entre 20 et 70 000 euros. Elles sont garanties « sans entretien» et ne consomment pas d’eau. Sur la plaquette commerciale de sa société, « Art Giratoires – natura viva », basée à La Rochelle, il affirme que ses produits sont beaucoup plus économiques, voire plus écologiques, qu’un simple parterre de fleurs ! Le portrait de cet imposteur de l'art public a été diffusé sur France 2, lundi 15 avril, à l’émission "Complément d’enquêtes ». A donner la nausée.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu