Avertir le modérateur

  • Imprimer

    L’expo « Our Body à corps ouvert » vient scandaliser Paris

    diapo_bodies8.jpg

    Après Lyon, Marseille, bientôt Paris ! Admirez ce magnifique système musculo-squelettique, la perfection de ce globe oculaire, l’élégance de ce métacarpe ! On se croirait… dans la Nuit des morts-vivants, ou dans une salle de dissection. Et pourtant ! Il s’agit d'une exposition qui soulève le scandale partout où elle passe et qui avait été refusée en première instance par Paris… avant d’y revenir dans un espace de la Madeleine. Oyez, oyez, bonnes gens ! Il s’agit des corps de personnes décédées, toutes d’origine chinoise, ayant –selon les organisateurs- fait don de leur corps à la science. Les cadavres ont été écorchés pour montrer l’ensemble de nos muscles, artères et autres ridules, puis conservés intacts grâce à un nouveau procédé dit de « l’imprégnation polymérique ». Avant d’être mis en scène dans toutes les positions de la vie quotidienne : sur un vélo, jouant au tennis, etc... L’initiateur n’est autre que Pascal Bernardin, organisateur de concerts (Bob Marley, U2, téléphone, The Police...). Faut-il s’en réjouir, se dire que cette exposition est dans la droite ligne des grandes démonstrations publiques passées de dépeçages (la cupidité et la mise en scène en moins à l’époque…) ? Est-ce de l’art, est-ce de la science ou une pure exhibition commerciale ? Damien Hirst aurait-il fait des émules ? On peut en douter. Un spectacle à ne pas manquer… de commenter ! Du 12 février au 23 août, à l’Espace 12 Madeleine (Paris 8e) www.ourbodyacorpsouvert.com

  • Imprimer

    J’ai offert un Jeff Koons à mon fils de 2 ans

    hul16_sm.jpgJ’ai cassé ma tirelire et offert un Jeff Koons à mon fils de 2 ans ! Par pur snobisme évidemment… Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir sortir de son bain et de se lover dans une immense serviette signée Jeff Koons, l’artiste américain le plus cher au monde. Réalisée d’après une toile de 2007 intitulée « Monkey Train » (2,6 x 3,5 m), la serviette est vendue 50 dollars sur le site du MOCA (www.moca.org), du Musée d’art contemporain de Los Angeles.

    singe-koons.jpg
    Mon petit bonhomme sait désormais très bien mimer le singe. Merci Jeff Koons !

    www.jeffkoons.com

  • Imprimer

    La Metro Goldwyn Mayer épinglée par un artiste russe

    filleettes.jpg
    "Les enfants russes ne sourient jamais !" avait déclaré à la fin des années 1940 la romancière américaine Ayn Rand (1905-1982), reprenant une idée partagée à l'époque par la majorité du peuple américain. Pour lutter contre cette idée reçue, qui gênait alors ses plans, le président américain  Franklin Roosevelt donna l'ordre à Hollywood de tourner... un film de propagande en faveur des Soviétiques ! C'était en 1944, l'heure de la grande -et brève- réconciliation avec les Rouges, jadis infréquentables, sur fond d'alliance commune contre l'Allemagne nazie. Et c'est ce film, "Song of Russia", produit par la Metro Goldwyn Mayer (MGM) avec rien moins que Robert Taylor en vedette, qu'un jeune peintre russe vient de revisiter. Chaque toile, en noir et blanc, est une reproduction fidèle d'une dizaine de scènes du film, marquées du célèbre sceau de la MGM, comme ces petites Russes souriantes qui étaient en fait... de jeunes actrices américaines. Une façon pour l'artiste de dénoncer l'absurdité de l'Histoire, puisque quelques années plus tard le maccarthisme faisait rage aux Etats-Unis : la MGM dénonçait sans vergogne les acteurs pro soviétiques, criant haro sur tout ce qui était communisme ou qui pouvait y ressembler !
    Arrivé à New York en 1990, Yevgeniy Fiks, aujourd'hui âgé de 36 ans, a été frappé par le poids de l'anti-communisme, toujours très présent selon lui. "En Russie, nous avons tourné la page", témoigne t-il. "Ce n'est pas le cas de l'autre côté de l'Atlantique où une certaine méfiance règne. J'ai voulu montrer l'absurdité de cette diabolisation archaïque, et combien les Américains avaient pu penser tout le contraire à un moment de leur histoire". Un travail qui lui a donc fait dénicher cette perle peu connue qui pourrait figurer au Panthéon des oeuvres de propagande.

    fiks.jpgYevgeniy Fiks n'en est pas à son premier pied de nez politique. Au début des années 1990, il avait lancé l'opération "Adopt Lenine", proposant ainsi l'adoption de 91 figurines de Lénine (91 étant l'année de la chute du régime communiste) à condition que les acheteurs s'engagent à ne jamais les revendre. Plus tard, déjouant la vigilance des services postaux américains,  il réussissait à faire figurer sur des timbres les portraits de 10 leaders communistes. Actuellement, il s'est lancé dans une série de portraits des membres de l'association des Vétérans américains s'étant illustrés par leur zèle dans le travail de dénonciation sous le maccarthisme... Yevgeniy Fiks est représenté en France par la galerie Blue Square, spécialisée dans l'art contemporain russe. Une jeune galerie à suivre...

    > Exposition de Yevgeniy Fiks, galerie Blue Square, 14, rue Debelleyme 75003 Paris, jusqu'au 21 février.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu