Avertir le modérateur

  • Imprimer

    La 11e Biennale de Lyon tirée par un homme nu sanglé

    jumeaux-sucriere-biennale-lyon.jpg

    Emmanuel et Etienne Borgo, 37 ans, offrent leur corps à l’art, jusqu’au 31 décembre, à la Sucrière, à l’occasion de la biennale d’art contemporain de Lyon. Une performance étonnante qui fait se déplacer les Lyonnais… Les Jumeaux ont répondu ensemble à la petite annonce déposée par la photographe brésilienne, Laura Lima, invitée de la biennale. Son intervention consiste à montrer un homme en action en train de tirer sur des sangles. Cela nous rappelle une performance imaginée par la chorégraphe allemande Pina Bausch il y a 20 ans...

    Etienne, graveur de pierre, est modèle vivant aux Beaux-Arts de Nice. Son frère, Emmanuel, danseur, est aussi modèle vivant pour les Beaux-Arts de Lyon. L’un fait du yoga, l’autre du butô et du qi gong. Tous les deux ont un corps sculpté digne des plus beaux apollons de la Grèce antique. Les deux athlètes se relayent. Ils travaillent chacun trois jours de suite, de 13 à 18 h. Ils font une pause de 5 minutes toutes les heures. Ce qui est rassurant, c’est qu’ils affirment être bien payés pour un mi-temps.

    Avis aux amateurs de belles anatomies, les frères sont visibles à tour de rôle du mardi au vendredi, de 11 à 18 h, à la Sucrière, 49 quai Rambaud, Lyon 2e. (Photos Pierre Augros)

  • Imprimer

    Le Château de Balazuc, nouvel écrin pour l'art contemporain

    herve-maury.jpgHervé Maury est le premier artiste à exposer au Château de Balazuc, en Ardèche. Ici, l’ours y est mis à l’honneur. Mêlant l’humour et l’esprit naïf propre à l’enfance, le peintre marseillais a répondu à la demande : celle de s’inspirer très librement des gravures de l’art paléolithique qui ornent les parois de la grotte Chauvet, la plus ancienne grotte ornée du monde, située non loin de là, à Vallon-Pont-d’Arc…

    Accrochée à son rocher et surplombant les gorges de l’Ardèche, la bâtisse du XIe siècle a été entièrement restaurée. Les nouveaux propriétaires de ce château transformé en chambre d’hôtes, poursuivent la mise en valeur de ce patrimoine dans un esprit entièrement design. Leur touche : donner carte blanche à des plasticiens inspirés par ce lieu unique. De belles surprises en perspective.

    > www.chateaudebalazuc.com

    chateau-de-balazuc.jpg


  • Imprimer

    Balkenhol enchante le château de Malbrouck

    stephan-balkenhol.jpgParis-Manderen : l’exposition du sculpteur allemand Stephan Balkenhol vaut le déplacement ! Un joli périple artistique fait ce week-end avec une halte symbolique à Verdun, en cette période de la Toussaint…

    Situé en Moselle, le château de Malbrouck accueille une rétrospective de Balkenhol : 50 sculptures, bas-reliefs et dessins, à découvrir jusqu’au 11 décembre. Né en 1957, Stephan Balkenhol vit à Meisenthal (Moselle) depuis une dizaine d’années, et enseigne à l’Ecole des Beaux-Arts de Karlsruhe en Allemagne.

    Dans ce château du XVe siècle fortement restauré, les sculptures en bois polychrome de l’artiste rappellent la statuaire médiévale et répondent parfaitement à l’architecture. C’est d’ailleurs à l’occasion de l’exposition « Les contes de fée se terminent bien » en Haute Normandie que j’avais découvert l’artiste en 1995 et eu pour son œuvre un véritable coup de cœur.

    Dans la petite chapelle, face à un imposant gisant de pierre, Stephan Balkenhol a placé la statue d’une gracile jeune femme debout, en robe blanche et au déhanchement élégant sur son socle rouge. Une œuvre réalisée en quelques heures, à la tronçonneuse dans un bloc de tilleul. A la plus grande surprise des commissaires de l’exposition qui n’attendaient pas cette invitée de dernière minute (sculpture estimée aujourd’hui à 200 000 euros ) !

    Stephan-Balkenhol-Malbroucq-perspective.jpg

    Balkenhol choisit le bois car c’est une manière vivante, rapide à travailler, au même rythme que celui de sa pensée, où son regard lui permet d’aller. A l’inverse de l’argile, trop rapide, ou de la pierre, trop lente. « Chaque coup donné dans la matière est une décision », expliquait t-il un jour dans un reportage donné à Arte. Le recours à la perspective en sculpture comme en sculpture est remarquable dans le travail de Balkenhol comme en témoignent les photos que j’ai prises de son « autoportrait ». Le visiteur se sent observé quelque soit l’angle de vue. Son déplacement dans l’espace lui fait percevoir les différentes facettes du personnage.

    balkenhol-chateau-malbrouck.jpgL’art n’est que vanité. Cette idée sous-jacente revient souvent sous le burin de Balkenhol pour nous émouvoir et nous faire sourire. Placés sur socle, ses figures aux expressions hiératiques sont parfois de taille monumentale. A l’instar de ce personnage dont le cœur, à hauteur des yeux du visiteur, a été tailladé en profondeur. Une blessure qui évoque le « trou » dans la poitrine du dormeur du val de Rimbaud. Une œuvre poétique, ironique et solennelle.

    N'hésitez pas à coupler l’exposition au château de Malbrouck avec la visite du Centre Pompidou de Metz où sont présentées les réalisations des designers Ronan et Erwan Bouroullec, jusqu’au 30 juillet 2012.

    > Voir le diaporama de oeuvres de Balkenhol au château de Malbrouck

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu