Avertir le modérateur

Sorties enfants - Page 2

  • Imprimer

    Désert de Retz : comment j'ai trouvé portes closes

    desert-retz.jpgVisiter l’une des plus étonnantes folies du XVIIIe siècle, le jardin philosophique conçu par François de Monville (1734-1797), un riche hédoniste, voilà qui m’est apparu comme une superbe idée de promenade en ce dimanche ensoleillé d’avril ! Le supplément Télérama Sortir vient en effet de consacrer un article au Désert de Retz (« désert » désignant un lieu à l’écart du monde), véritable ode à la nature et à l’extravagance, ouvert au public depuis septembre 2009. Très célèbre au XVIIIe siècle, aujourd’hui géré par la ville de Chambourcy (Yvelines), ce parc à fabriques a longtemps été laissé à l'abandon. Sur les 21 constructions ornementales, 7 subsistent encore et, à en croire Télérama qui m’a mis l’eau à la bouche, tous se visitent avec plaisir. Je m’imaginais déjà découvrant avec enthousiasme la glacière-pyramide, le Temple du dieu Pan, la tente Tartare ou la curieuse demeure de M. de Monville en forme de colonne tronquée, sorte de tour de Babel.

    Allez hop ! En route pour la découverte, toujours avec mon fils de quatre ans, déguisé cette fois en page médiéval. Avant de partir, je me renseigne tout de même sur les horaires de visite sur Internet, les informations données par Télérama me semblant quelque peu sommaires. Chou blanc sur Chambourcy.fr… Je téléphone alors au numéro indiqué par le site. Il sonne dans le vide… Qu’à cela ne tienne ! Direction la forêt Domaniale de Marly-le-Roy et les greens du golf de Joyenval tout proche. Quelques (rares) panneaux routiers indiquent bien le « Désert de Retz », mais, sans GPS, je chercherais encore mon chemin ! (« Dis, maman, pourquoi on passe encore devant cette maison ?...) Peu à peu, la route se transforme en chemin de terre et, à bout de cahots et d’ornières (« Dis maman, pourquoi ça fait mal aux fesses ? ») et après un détour sur les greens où je fais demi-tour avant de rouler sur le fairway, j’arrive devant… une grille fermée ! Un panneau rouillé pendouille de travers : « Chantier. Port du casque obligatoire. » Furieuse, je recompose le n° de téléphone. On décroche enfin : « Ah non, je ne peux rien vous dire. Voyez avec la mairie ! », me répond une voix mal aimable (« Dis maman, qu’est-ce qu’il a dit le monsieur ? »).

    desert-de-retz.jpgRenseignements pris, la visite s’effectue en fait uniquement sur visites guidées les 1er et 2e samedis de chaque mois, d’avril à novembre ! A moins que ce ne soit les 3e et 4e samedis comme l’indique le Figaro.fr. Télérama, pour une fois, je ne te dis pas merci ! J’ai cru sauver mon après-midi en découvrant, au hasard d’une rue de Chambourcy, une plaque indiquant la maison d’André Derain. Espoir de courte durée. Là encore, la grille est fermée. Datant de 1786, la très belle propriété que le maître du Fauvisme a occupée de 1935 jusqu’à sa mort en 1954, appartient aujourd’hui à un chirurgien. Et l’atelier ne se visite que le 4e dimanche de chaque mois à 15h ! Vous l’aurez compris, tout cela manque sérieusement de cohérence ! Et ouvrir –enfin !- le Désert de Retz aux visiteurs du dimanche éviterait à des centaines d’amateurs de perdre ainsi leur temps par une belle journée ensoleillée !

     

  • Imprimer

    « Le Penseur de Rodin est amoureux »

    penseur-rodin.jpgOn pensait que le Penseur de Rodin songeait à la condition humaine, à Dante devant les portes de l’Enfer, face à toutes les misères du monde… Que nenni ! Dans la bouche d'un enfant de 4 ans, « il est amoureux d'une fleur » ! Très attentif aux explications d'Anaëlle, la conférencière de l'association Paris d’enfants, au musée Rodin, dimanche dernier, mon fils a fait un raccourci. Il a associé la figure de l'homme accroupi perché sur son socle dans le jardin du musée, et la femme au chapeau prénommée Rose (la fleur !). Rose Beuret aura attendu 56 ans avant que Rodin ne l'épouse... De quoi impressionner un enfant et rester songeur, en effet !

    rodin-parisdenfants.jpg
  • Imprimer

    A Beaubourg, une œuvre de Mondrian s’est dissimulée dans le guide de visite

    mondrian-beaubourg.jpgC’est l’histoire d’un petit garçon de 4 ans qui visite l’exposition Mondrian au Centre Pompidou avec sa maman pendant les vacances de Noël. En l’occurrence, il s’agit de moi. Pour intéresser mon fils aux toiles exposées, je lui demande de retrouver sur les murs les œuvres reproduites en couleur dans le guide de visite. Après une heure de commentaires enthousiastes, au moment de partir, le petit garçon me dit : « Mais il nous reste encore ce tableau à trouver ! » en me montrant du doigt le plan de l’exposition dans la brochure. Effectivement, avec ses angles droits et ses grandes lignes géomémondrian.jpgtriques, ce plan avait bien des allures d’un Mondrian ! Encore fallait-il être un enfant pour l’imaginer… L’une des dernières œuvres de l’artiste « Broadway, boogie-woogie » (1942) n’est-elle pas d’ailleurs directement inspirée du plan de la ville de New-York ?

    Enfant ou pas enfant, seul(e) ou accompagné(e), précipitez-vous pour admirer cette exposition exceptionnelle : la scénographie minimaliste sert le propos, cette organisation mathématique de l’espace à laquelle ce grand nom de la peinture abstraite a consacré toutes ses recherches. On y retrouve également, en écho, les travaux des architectes, graphistes et designers du mouvement avant-gardiste hollandais De Stijl au début du XXe siècle. On découvre aussi avec émotion la reconstitution de l’atelier de Mondrian, qui se situait rue du Départ à Paris, un espace en perpétuelle transformation aujourd’hui disparu. Il ne reste rien de ce laboratoire de l’artiste qui aima tant Paris, qui le lui rendit si mal : Mondrian n’eut, de son vivant, aucun succès en France. Il était temps de réparer l’outrage. Mondrian-De Stijl, à Beaubourg, jusqu’au 21 mars.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu