Avertir le modérateur

Sorties enfants - Page 4

  • Imprimer

    Takashi Murakami : l'offre Gold de Versailles

    murakami.jpgTakashi Murakami donne un coup d'éclat au château de Versailles ! Les quelques 3 000 critiques publiées sur les réseaux sociaux ces derniers jours autour de l’exposition du Japonais ne semblent pas avoir ébranlé la bonne humeur de l’artiste, tout sourire aujourd’hui lors du vernissage.

    A la joie de Versailles - car, oui ! Versailles est un endroit joyeux où l’intelligence et la créativité ont toujours brillé - répond la jubilation de Murakami : des fleurs, des sourires… et beaucoup de dorure. « En visitant Versailles, j’ai été frappé par l’or, partout », s’extasie l’artiste. Certes… C’est peut-être un peu court comme explication, mais c’est ainsi, en partie, que l’artiste de 48 ans a répondu à la prestigieuse commande.

    murakami-versailles.jpgParmi les 22 oeuvres exposées jusqu’au 12 décembre, le monumental Oval Buddha Gold, installé dans les jardins, haut de plus de 5 mètres, et faisant face au château (photo de gauche); de l’affriolante serveuse Miss KO2 – posée là comme une banderille pour faire hurler les détracteurs de l’exposition - à l’imposante Fleur Matango dans la Galerie des Glaces ou encore à la figure précieuse de L’Empereur et ses nouveaux habits (photo), Salle du Sacre, Murakami présente les pièces maîtresses de son travail depuis 1997. Quel bel écrin pour une rétrospective !

    Miss-takashi.jpg« Le Roi veut de l’enfance, partout ! », aurait dit Louis XIV au soir de sa vie, exigeant la réfection de l’ensemble de ses appartements. Avec son univers à la fois kitsch et coloré, dans l’esprit « kawaii » (enfantin, en japonais), Murakami répond parfaitement à cette demande. Une distraction réussie.

    Takashi Murakami à Versailles : prix compris dans le billet des Grands Appartements et Galerie des Glaces. 15 euros. Gratuit pour les moins de 25 ans. www.chateauversailles.fr

  • Imprimer

    La Vache qui rit régale les amateurs d’art. Rewind !

    rewind.jpg

    On connaissait Le Rewind, la web chronique décalée de Cyprien sur 20minutes.fr, désormais il y a Rewind, l’expo. Ce qui n’a rien à voir… L'artiste Laurent Fiévet, arrière-petit-fils de Léon Bel, fondateur du groupe Bel (La Vache qui rit, Mini BabyBel, Kiri…) a lancé en 2008 le Lab'Bel, laboratoire artistique du groupe Bel destiné à constituer une collection d'art contemporain autour des thèmes de l’enfance et du bien-être. Jusqu'au 5 septembre, dans la toute nouvelle « Maison de La vache qui rit », à Lons-le-Saunier (Jura), sorte de galerie d’art fromagère sans fromages, l’exposition « Rewind » présente une douzaine d’artistes ayant opéré un « rewind » (« rembobinage », comme on disait à l’époque des cassettes à rubans, vous vous souvenez ?) dans l’enfance. Et le résultat, longuement mûri dans les caves millénaires (non, là, je m’égare et me trompe de pâte…) vaut le détour : l’Autrichien Robert F. Hammerstiel demande à des enfants de construire en Lego la maison de leurs rêves, l’Américain Dan Colen se joue de l'abstraction picturale en collant des chewing-gums sur des toiles – les enfants adorent !, Cléa Coudsi et Eric Herbin réalisent un circuit de voiture sonore à partir de vinyls découpés. Les petits gourmands vont se régaler de cet art Kiri.
    > plus d'infos sur www.lamaisondelavachequirit.com"

  • Imprimer

    Bienvenue dans l'univers ludique de Takeshi Kitano à la Fondation Cartier

    Takeshi_Kitano_Cartier.jpgLe petit théâtre de marionnettes Ô-Edo s'anime sous les yeux complices des jeunes spectateurs. Certains enfants dansent bras en l’air, d’autres s’imaginent dans la peau des méchants dragons… Le réalisateur japonais Takeshi Kitano a imaginé une exposition interactive, ludique, joyeuse à découvrir jusqu’au 12 septembre. Lever de rideau ! La carte blanche de la Fondation Cartier a permis à l’auteur du célèbre film Hana-bi (1997), Lion d'Or à Venise en 1997, de laisser libre cours à son imagination. L'exposition s’intitule « Gosse de peintre, Beat Takeshi Kitano » en référence à son père, peintre en bâtiment. Une petite revanche sur la qualification de peintre… Pour l’occasion, Takeshi Kitano a réalisé 24 tableaux colorés et naïfs au rythme d’une toile par jour.

    Samedi 22 mai, dans l’après-midi, une dizaine d’enfants profitaient d’une visite en famille sur réservation. Découverte de la boule à peindre inspirée du « dripping » de Jackson Pollock. Plus loin, des poissons disséqués ventre à l’air montrent des alignements de sushis. Salle suivante, « La tour de Hanoi » : un jeu inventé au XIXe siècle par un mathématicien francais et pratiqué, selon Kitano, par « des moines bouddhistes pour les aider dans leur méditation ». « Écoutez les sons et dessinez ce qu'ils vous évoquent ». Écouteurs, feuilles aimantées et marqueurs colorés sont mis à la disposition du public. Une fois l'inspiration venue, les feuilles sont collées sur une parois blanche et deviennent partie intégrante de l'exposition.

    > Plus d'infos sur "Beat Takeshi Kitano" à la Fondation Cartier

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu