Avertir le modérateur

e-réputation

  • Imprimer

    Les artistes et leur e-réputation : Le grand prix de l'e-réputation sur France24

    alexia-guggemos-france24.jpg

    France 24 s'est intéressé au Grand Prix de l'e-réputation des artistes contemporains. Samedi 29 octobre, la chaine d'actualité internationale a diffusé un reportage sur l'événement et la sortie du livre "Les réseaux sociaux à l'usage des artistes".

    Interrogés par Natalia Gallois, la galeriste Magda Danysz y explique l'engouement des internautes pour le street artist JR, Jean-Michel Othoniel donne son point de vue d'artiste dont la notoriété dépasse les frontières et qui confie vouloir garder une part secrète de son activité, et moi-même, en e-ambassadrice de la création.

    "C'est une petite révolution dans le monde artistique. La popularité d'un artiste ne devrait, à l'avenir, plus seulement se mesurer à l'aune de ses expositions ou de la valeur de ses oeuvres sur le marché de l'art. En effet, un nouveau prix a fait son apparition, celui de l'e-réputation des artistes contemporains."

    > Découvrez le reportage sur France24 : http://www.france24.com/fr/20111029-artistes-e-reputation

    Photo : Alexia Guggémos sur le stand de la galerie Praz Delavallade à la FIAC 2011 devant une oeuvre murale de Guillaume Decrauzat.

  • Imprimer

    Space Invader, artiste contemporain français le plus populaire sur le Net en 2011

    self-portrait_2006-space-invader.jpgLa 1ère édition du Grand Prix de l’eRéputation 2011 a consacré Space Invader, artiste contemporain français le plus présent sur la Toile en France et dans le monde. Avec près de 5 000 mosaïques installés dans les rues des villes qu’il envahit depuis plus de 10 ans, le leader du street art, 42 ans, s’est fait connaître dans le monde entier. En juin, cet ancien étudiant des Beaux-Arts de Paris a posé son 1000e space invader dans Paris. Rubikcubisme, Speed Ball machine, installations et stickers… l’artiste, toujours masqué et insaisissable, a de nombreuses autres facettes à son art.

    Alexia Guggémos : Les internautes manifestent une vraie Invadermania en photographiant vos oeuvres partout dans le monde. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

    Invader : C'est plutôt encourageant ! D’autant que je n’ai jamais imaginé que cela pourrait arriver un jour car, lorsque j’ai débuté ce projet de 1989, les appareils numériques et les sites de partage de photos n'existaient pas. La technologie a accéléré ce processus : les grandes villes sont devenues le théâtre de nouveaux safaris photos pour qui sait être un peu observateur. Je trouve cela formidable ! Grâce aux internautes, je peux suivre l'évolution de mes pièces aux quatre coins du monde.

    Les internautes cherchent-ils à entrer en contact avec vous, via votre site ou un réseau social comme Facebook par exemple ? Et cherchez-vous à communiquer avec eux ?

    Cela arrive assez fréquemment. Pendant longtemps, j’ai tenu à répondre personnellement à chaque e-mail reçu. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Je n’ai hélas plus assez de temps pour le faire et je le regrette. J’aime ce contact avec ceux qui manifestent de l’intérêt pour mon travail.

    Comment expliquez-vous être classé premier artiste français et 27e mondial, et seulement 11 624e selon le site Artfacts.net qui répertorie le nombre d’expositions par artiste chaque année dans le monde ?

    Je le reconnais, ce n’est pas génial ! C’est même très peu pour un artiste aussi prolifique que moi. Disons que ce classement ne correspond pas au type de travail que je réalise. Je n’entre pas en contact avec le public par des expositions, mais je vais directement à sa rencontre, au coin des rues. Mes œuvres sont vues par des millions de gens, le plus souvent par hasard, mais beaucoup désormais les recherchent. C’est devenu une sorte de jeu. Alors, effectivement, je ne suis pas un artiste de galerie ou de musée.

    Cette approche pour juger de la cote de l’artiste vous semble-t-elle obsolète ?

    Bien entendu, ce n'est pas au nombre d'expositions qu'il faut juger un artiste ! Seul 10% de mon travail termine en galerie, et 90% sont destinées à la rue. Comme dans la vie courante, Internet va prendre une place de plus en plus importante et incontournable dans la vie des artistes. Et les classements devront s’y adapter.

    > Découvrir le palmarès du Grand Prix de l'eRéputation 2011  www.grandprix-ereputation.com

    > Lire sur le site de 20 Minutes le portrait d’Invader

    > Visiter le site d’Invader

  • Imprimer

    Damien Hirst, Invader, Sophie Calle sont les 3 lauréats du Grand Prix de l'eRéputation 2011

    logo gd px ereputation.jpgQui sont les artistes contemporains les plus populaires sur la Toile en 2011 ? C’est ce que j’ai cherché à découvrir en établissant une liste de 100 plasticiens français ou vivant en France, et en menant une étude d’avril à septembre 2011 sur leur présence on line. C'est la première fois que ce type de classement est fait puisque les études sur la cote des artistes se limitaient jusqu'alors au nombre de leurs expositions. Cette analyse a été réalisée avec les outils de surveillance de Zen Réputation, l'un des meilleurs cabinets de veille de la réputation sur Internet.

    > www.grandprix-ereputation.com

    Les 3 plasticiens français les plus populaires sur la Toile en France

    Space Invader, Marc Desgrandchamps et JR

    Les 3 plasticiens les plus
    populaires sur le Web international

    Damien Hirst, Jasper Johns, Jeff Koons

    Les 3 plasticiens les plus populaires sur les réseaux sociaux

    Sophie Calle, JR, Pierre Soulages

     

    Le GRAND PRIX DE l’E-REPUTATION des artistes contemporains révèle
    3 tendances mettant à mal plusieurs idées reçues :

         1. L’e-réputation des artistes n’est pas une question de génération.

    Sur les 30 premiers artistes plasticiens français ou vivant en France / 100, Pierre Soulages (1919), François Morellet (1926) et Pierre Alechinsky (1927) sont autant cités que les plus jeunes JR (né en 1983), Cyprien Gaillard (1980) ou encore Kader Attia (1970).

         2. Le classement par nombre d’expositions n'est plus le seul critère pour évaluer la notoriété d’un artiste.

    Invader est le plasticien français le plus réputé sur la Toile dans le monde. Il apparaît en 27e position dans le classement international. Et pourtant, le street artist expose peu dans des galeries et musées. Il apparaît en 11 468e position sur Artfacts.net

         3. Les galeries françaises ont évolué et sont devenues de véritables e-agents d’artistes.

    Au palmarès par nombre d’artistes représentés dans le Top 30 :

    - la galerie Emmanuel Perrotin (JR, Sophie Calle, Xavier Veilhan, Tatiana Trouvé)

    - la galerie Marian Goodman (Christian Boltanski, Pierre Huygue et Daniel Buren)

    - la galerie Louis Carré & Cie (Hervé Di Rosa, Erro, Hervé Télémaque).

     

    presence2011-artistes-ereputation.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Commander le palmarès France / International et l’étude complète

    Contacter Alexia Guggémos, fondatrice du Grand Prix de l'eRéputation

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu