Avertir le modérateur

emmanuel perrotin

  • Imprimer

    Daniel Firman expose sa troupe chez Perrotin : Blackflip !

    daniel-firman.jpgPris dans un élan chorégraphique, les "personnages" de Daniel Firman sont traités sur un mode réaliste. Chargés d’objets quotidiens, entravés par leurs vêtements, simplement arrêtés ou encore en équilibre dans l’espace, ses figures grandeur nature traduisent des situations physiques et morales parfois excessives et drôles, invitant à transformer la perception d’un lieu. Jusqu’au 30 avril, le galeriste Emmanuel Perrotin consacre à cet artiste français de 44 ans une exposition intitulée « Blackflip ». Faites comme moi, laissez-vous surprendre en découvrant « Jenny » en plein saut périlleux avant ou encore « Joséphine » en plein déhanchement.
    Le parcours de Daniel Firman est exemplaire. Une première exposition à la galerie Patrick Martin à Lyon en 1995, et le Lyonnais se retrouve dans plusieurs expositions collectives en région. Remarqué en 2000 par le critique d’art Franck Lamy - aujourd’hui chargé des expositions temporaires au MacVal - il est alors présenté au galeriste parisien Alain Gutharc qui l’expose pendant plus de 8 ans. En 2007, à l’occasion de l’exposition « La masse grave » à Paris, je me souviens d’Alain Gutharc m’expliquant la démarche de Daniel Firman, ancien danseur et chorégraphe. « Il cherche le geste précis, sans artifice. Ainsi, ses photos de personnes en suspension ne sont pas des photomontages : ses modèles ont réellement été mis dans des positions acrobatiques », m’avait-il affirmé. Le mouvement en mode pause… En 2008, Firman expose au Palais de Tokyo : « Würas (à 18 000 km de la terre) » et rejoint, l’année suivante, l’écurie Perrotin. A quand Miami ?
    « Blackflip » ne montre pas seulement la troupe favorite de Daniel Firman mais plusieurs autres sculptures récentes dont une machine à laver « Rotomatic » qui tourne sur elle-même au rythme de ses programmes de lavage, évoquant le corps d’un danseur tournant sur lui-même.

    > Le site de Daniel Firman http://www.danielfirman.com

    blackflip-daniel-firman.jpg
  • Imprimer

    Sur l'échiquier de José Levy, des souris empaillées

    levy.jpg
    Des souris et de l'art !? Galerie Emmanuel Perrotin à Paris, José Levy, designer, styliste de mode et depuis peu artiste, présente un jeu d'échec dont les pièces sont de vraies petites souris blanches... La moitié a été teinte en noir. "Les deux souris qui portent un grelot sont les fous", commente José Levy, fier de sa petite troupe de retour de chez le taxidermiste. Brrr... On frémit à cette réalisation qui se veut transgressive mais qui heurte, à mon sens, le simple respect que l'on doit aux êtres, aussi petits soit-il. Gagné ! dira l'artiste, qui s'attend bien évidemment à de telles réactions. Sur son site Internet, la galerie présente l'artiste "comme un coloriste hors pair et un tailleur au regard précis"... Qu'en pense la reine ? Diable que je n'aurais pas aimé être son modèle ! Jusqu'au 7 mars, Galerie Emmanuel Perrotin, 76, rue de Turenne Paris 3e.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu