Avertir le modérateur

hervé télémaque

  • Imprimer

    Télémaque : Eloge de la main gauche du peintre

    invitation-herve-telemaque.jpg« Je reprends possession de ma main gauche », a déclaré le peintre Hervé Télémaque au critique d’art Jacques Gourgue dans un entretien livré en juillet dernier dans le cadre de l’exposition « La Canopée », galerie Louis Carré & Cie, à Paris, à voir jusqu’au 8 octobre. « Le lendemain de mon hémiplégie, j’ai commencé à dessiner. On m’a donné une balle. Avec l’autre main, j’ai commencé à dessiner la main malade. Honnêtement, ça ne devrait pas être là. » Main droite en sommeil, main gauche en action. Cinq rameaux osseux, avec leur système de nerfs et de ligaments, cheminent sous la peau. A observer, c’est un paysage singulier, avec ses monts et une grande dépression centrale, tantôt craquelé d’incidents, tantôt aux lignes pures et fines comme une écriture. Son revers est un réceptacle. La main unique de Télémaque, prend, crée, impose une forme, un contour, et parfois, on dirait qu’elle pense.

    singe-canopee-HT.jpgSans la main, point de géométrie, car il faut des rectangles et des ronds pour spéculer sur les propriétés du paysage cubiste. A travers ses « canopées », Hervé Télémaque rend hommage à Braque et Picasso. Son espace pictural est ouvert, plus lâche, moins précis. Cette précision relative exprime un lâcher-prise nécessaire. L’apparence ne l’intéresse pas. L’artiste n’a plus rien à prouver. Pourquoi la canopée ? D’où vient l’inspiration de la cime des arbres ? « Strates d’animaux divers, végétations différentes, luminosité variée. Là-haut, c’est une sorte de bouchon… », explique l’artiste. Il faut se rendre à La Blottière, son atelier de Normandie pour comprendre. Du jaune – celui des champs de colza – du vert, omniprésent. Dans ses « canopées » : des escaliers de couleurs, élévation du sol, montée vers l'azur ; du sombre et du clair dans une dialectique permanente… et toujours, la main de l’artiste qui caresse l’écorce de toute chose.

    brown-paper-bag-HT.jpgAmbidextre, mais gaucher contrarié, Télémaque a relevé le handicap « haut la main » ! Dans ses dessins et ses toiles, place au hasard, d’un doigt impatient pour voir. L’artiste fait de l’adresse avec ses maladresses. « The brown paper bag » écrit à l’encre noire, et c’est l’irruption poétique de l’inattendu dans un univers où l’accident doit avoir sa place, où tout paraît bouger pour accueillir l’incertain. Il s’agit de capturer la vie au vol et d’en extraire toute la puissance cachée. La générosité de Télémaque est là, dans sa graphie, dans sa main nue, que rien désormais n’entrave ou ne retarde, même quand elle procède avec lenteur.

    Photos Adam Rzepka : "Singe et canopée" (2007), et "The brown paper bag" (2011, 1er état) d'Hervé Télémaque

  • Imprimer

    Hervé Télémaque, invité de JMG Le Clézio au Louvre

    herve-telemaque-marc-de-cafe.jpg« Appartenir à plusieurs histoires », voici ce qui réunit Le Clézio (né en 1940), prix Nobel de littérature, et l’artiste français d’origine haïtienne, Hervé Télémaque (né en 1937) dans une invitation à un voyage poétique au musée du Louvre, du 3 novembre au 6 février. Les deux hommes ont en commun de penser leur héritage et d’inventer leur destinée, d’« être d’ici et d’ailleurs ». Le Clézio par l’écriture, Télémaque par ses collages et tableaux-reliefs. L’exposition met à l’honneur la « chauve-souris » (1994), figuration de la baie de Port-au-Prince, la ville natale du peintre. Découpes de contre-plaqué assemblées par vis, colle et serre-joint, teintées au marc de café, allusion à l’esclavage et à sa noirceur. D’une seule voix, Le Clézio et Télémaque, reviennent sur ces « Révolutions », créatrices de chaos et de résistances, de la Révolution française à la colonisation.

    Après Umberto Ecco et Patrice Chéreau, Jean-Marie Gustave Le Clézio affronte au Louvre la pluralité des civilisations. Pour sa carte blanche, il a conçu ce qu’il appelle un « pas de côté », une exposition qui renoue avec la notion de cabinet de curiosités. Fresques historiques, gravures révolutionnaires, nattes du Vanuatu, ex-voto mexicains, objets ethnographiques, un dessin de Jean-Michel Basquiat… Quatre murs, chacun dédié à une zone géographique : L’Afrique, Le Mexique, Vanuatu (Océanie) et Haïti. Hervé Télémaque a notamment prêté deux objets rituels vaudous haïtiens de sa collection personnelle : un asson, sorte de hochet, insigne des prêtres permettant d’appeler les esprits lors de rituels vaudous, et un paquet congo, figurine aidant à conjurer le mauvais sort.

    JMG Le clézio, l’auteur du « Rêve mexicain »,  de « Désert », et de « L'Africain », a établi une cartographie littéraire, à l’image de ses engagements et de ses pérégrinations. Parti partagé la vie des Indiens Embera au Panama, il s'est épris du Mexique, a planté sa tente dans les régions rurales du Yucatán et du Michoacán, a retrouvé les traces de ses aïeux sur l'île Maurice, et s'est installé aux Etats-Unis, dans l'Etat du Nouveau-Mexique. Parallèlement, Hervé Télémaque a quitté Haïti pour New York, qu’il finit par fuir en raison du racisme ambiant. En 1961, il s’installe à Paris. Le peintre voyage dans une douzaine de pays en Afrique dont il rapporte images et souvenirs restitués dans la série des « Trottoirs d’Afrique ».

    A partir des fragments dissonants de leur personnalité, Le Clézio et Télémaque, tous deux en véritables anartistes, ont su imaginer, construire et forger un univers à leur image... « Sois le sculpteur de ta propre statue; enlève, gratte, poli, essuie jusqu'à dégager de belles lignes dans le marbre, redresse ce qui est oblique, nettoie ce qui est sombre pour le rendre brillant. » Plotin (205-270)

    Photo : Despatin / Gobeli Copyright galerie Louis Carré & Cie

    Hervé Télémaque expose « La Canopée », galerie Louis Carré & Cie, 10 avenue de Messine 75008 Paris, du 9 septembre au 8 octobre.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu